mercredi 27 octobre 2010

Ces gens qui sont nés quelque part

Récemment, Audrey Pulvar a exprimé son indignation sur France Inter concernant les propos tenus par Jean-Paul Guerlain. Cette intervention m'a beaucoup touchée et suite à cela je veux aujourd'hui, pour la première fois, vous parler de moi, sur mon blog.


Je suis ni noire, je suis ni handicapée, mais ce qui me rend différente, si je peux le dire ainsi, aux yeux de certaines personnes, ce sont mes origines. Mon père est Marocain et ma mère est Française. Et comme je ne suis pas typée, ces personnes soi-disant bien pensantes, se permettent  facilement des réflexions stupides sur mes origines.... alors là je veux hurler leur  ma colère... vous m'insultez mon héritage, mes parents, les pays dont je suis fière : la France et le Maroc...

Je suis née à Strasbourg, puis vivre au Maroc, ensuite retour en France pour mes études. Je me rappelle d'une réflexion d'une soi-disant copine étudiante qui m'avait dit : " tu es quand même jolie". Pourquoi les Marocaines ne sont-elles pas ?

A Colombo, au Sri Lanka
Ensuite je fus employée à Bahrain, pendant quatre années, en tant qu'hôtesse de l'air. J'ai eu de la chance de travailler avec plusieurs nationalités et d'avoir beaucoup voyagé. J'ai vu la misère au Bangladesh, j'ai vu le luxe des casinos de Londres, j'ai vu un coucher de soleil à Singapour, j'ai mangé et dormi à Manille, Jakarta, Dubai, Dehli, Amsterdam ... Je n'ai jamais fait de différences selon les classes sociales car lorsque je rencontre une personne, je ne la juge pas pour son compte en banque, mais sur son comportement. Nous sommes tous fait de chair et de sang.

Je me rappelle d'un voyage de dix jours.  Je discutais souvent avec une collègue libanaise dans la langue de Molière. La chef de cabine, nous a dit : "Do not speak French, this language put me on my nerves" (Ne parlez pas en français, cette langue m'énerve). Lors du vol vers Zanzibar, j'avais discuté avec un passager belge, en français (évidemment).  Pour remercier du service qu'il avait reçu, il a offert un parfum à chaque membre de l'équipage de la classe économique (soit 6 personnes). La chef de cabine n' a fait aucun commentaire. En fait, ce qui compte dans un avion, c'est le service client, le passager doit être satisfait, et il était. Mais lors des vols, elle était toujours derrière mon dos, à m'épier, me rabrouer pour un oui ou pour un non. Lors de nos différentes escales à Londres, à Abu Dhabi ou à Zanzibar, ma collègue libanaise et moi-même, nous évitions de nous mêler aux crew-parties (réunions de l'équipage dans une chambre d'hôtel). De retour, à Bahrain, je fus convoquée par le service du personnel. La chef de cabine m'avait fait un rapport bien salé sous le prétexte que je ne me conformais pas, au standard de la compagnie : le maquillage, mauvais travail etc. Alors j'ai tout déballé,  le service du personnel a été compréhensif et l'affaire est restée sans suite.

A Melbourne, en Australie
A Bahrain, on me considérait soit comme une française (je ne parle pas l'arabe), soit comme une marocaine. Je n'ai jamais eu, (excepté cet incident dont je viens de vous parler précédemment) été confrontée à des problèmes de racisme. Il y avait plus de 70 nationalités dans la compagnie aérienne où je travaillais. Nous étions tous différents, si je peux m'exprimer ainsi. De plus j'ai un physique un peu passe partout, en Inde on me prenait pour une Parsi, à Athènes, pour une Grecque, en Espagne pour une Espagnole, dans le golfe persique pour une Libanaise...

Et puis j'ai décidé de retourner dans mon pays natal, où  j'ai repris mes études pendant quatre ans. Lors de mes recherches d'emploi, j'ai été souvent confrontée à ce que l'on appelle :  la discrimination à l'embauche.

J'avais fait un remplacement de congé de maternité , emploi que j'avais obtenu via une agence intérim. Le jour où je suis allée chercher le chèque de mon salaire, la secrétaire m'a dit : " tu as eu de la chance d'avoir eu le poste grâce à X (la commerciale), car la chef d'agence ne donne pas un emploi à des étrangers" Je lui ai répondu que j'étais française... Elle m'a dit oui mais c'est le nom. Je n'ai plus cherché à recontacter cette agence intérim.

J'avais postulé pour un poste chez  un chasseur de tête. Il m'avait félicité pour mon parcours, il a même parlé du Maroc qu'il connaissait bien, et puis il m'a questionné : "votre nom ne vous dérange pas". "Que voulez-vous dire Shehrazad ?" Lui ai-je répondu.... il a dit : "Non l'autre". Je suis restée sans voix. Je n'ai pas été retenue pour le poste mais je pense que je ne l'aurai pas pris.

Permettez moi de vous raconter cette anecdote. Il n'y a pas très longtemps, je discutais, dans la rue,  avec le cordonnier du quartier qui est d'origine algérienne.  Une femme s'est immiscée dans la conversation, elle pointe du doigt une passante : "Vous voyez cette femme, elle couche avec tous les hommes, c'est une arabe. Les femmes arabes couchent avec tous le monde". Alors je lui ai dit : " Je suis arabe"... Elle m'a regardé avec de gros yeux. Elle est tellement surprise que je lui ai répété plusieurs fois :" je suis arabe". Et le cordonnier a fait de même. La femme n'en revenait pas. Et là je suis partie, à quoi bon discuter....

Récemment j'ai téléphoné à un organisme public connu dans ma région, pour avoir des informations sur une offre d'emploi. J'avais trouvé le numéro de téléphone de l'assistante de direction. Quelques minutes après m'être présentée, elle crie d'un ton haineux :

"Rentrez chez vous, il n'y a pas de travail en France".

Je suis Française, ma mère est alsacienne... Cette femme ne voulait pas entendre. Elle n'étendait rien.. Elle s'énervait. Je ne sais même pas qui a raccroché. J'étais abasourdie. J'ai envie de me plaindre, mais à quoi bon. Est-ce que cela va la changer ? Non. Et puis c'est difficile à prouver.

Je suis fière de mon pays de la France, je suis fière de mon pays le Maroc.Je ne changerai pas mon prénom "Shehrazad" et ni mon nom de famille pour avoir un emploi. Mon prénom est celui, que mes parents ont choisi, avec fierté, à ma naissance. Mon prénom est celui de cette princesse des contes des Mille et une nuits, qui a su faire changer l'avis d'un sultan sur les femmes, grâce à  son savoir. Ce sultan, car il avait été cocu, pensait que toutes les femmes étaient les mêmes,  le lendemain des noces, il décapitait sa nouvelle épouse.

Ce prénom est le symbole de la victoire d'une bataille d'une femme intelligente contre la stupidité d'un homme, contre son ignorance, contre ses préjugés....

 Je ne pourrais franciser, ce prénom (d'origine persane), mais à quoi cela sert à mon âge.... Et puis que peut-on faire si certaines personnes n'aiment pas les différences ? Vous n'y pourrez rien changer, mes origines sont ce qu'elles sont, je suis comme je suis.

Le racisme vient de l'ignorance, de personnes qui ont peu d'ouverture d'esprit. Il ne vient pas nécessairement des analphabètes, il peut venir de ces personnes soi-disant  instruites, même de celles qui ont vu le monde... Le racisme est universel croyez moi. Il n'existe pas de nations supérieures aux autres, il n'existe pas de paradis sur terre : nous sommes tous des êtres humains.

Je terminerai cet article par une chanson de Georges Brassens : "La ballade des gens nés quelque part".



2 commentaires :

  1. Empreintes Inédites3 août 2011 00:47

    Bien dit...

    RépondreSupprimer
  2. Ne pas t'être perdue t'honore ...... un article propice à la méditation.

    RépondreSupprimer