Journees de Strasbourg : La France Injuste ?

mars 16, 2012
Dans la grande salle de l'Aubette à Strasbourg, arrivent Martin Hirsch, président de l’Agence du Service Civique et Roland Ries, le maire de Strasbourg, accompagné d'un journaliste de Rue89 Strasbourg. Leurs interventions ont été chaleureusement applaudies par un public qui était au rendez vous.

Martin, Hirsch, Ries, Roland, journées, strasbourg, debat,

Le maire de Strasbourg souligne l'importance de ces débats surtout quand les petites phrases empoisonnent la scène médiatique. De l'écume des mots, il faut aller à la profondeur des choses. Il évoque l'injustice qui frappent les Français : 3.7 millions qui souffrent de la pauvreté avec peu de perspectives d’ascension sociale. Un sondage est éloquent : 41 % d'entre eux, se disent confrontés à la précarité. Pendant ce temps les responsables du CAC40 ont vu leurs revenus augmenter de 40%.

Martin Hirsch  fait la distinction entre les deux notions : la présence des injustices (concept inacceptable) et les inégalités (concept évitable). La France est porteuse de fortes injustices :
  1.  La santé : Bien que la France soit le pays dont l'espérance de vie fait partie des plus longues, l'écart entre les CSP est le plus important.
  2.  Le divorce des rémunérations : Au cours des 20 dernières années, 80% de la population a vu sa situation de détériorer. Il a été démontrer que si les 10% des hauts salaires flambent, cela augmenterait les déficits.
  3. Les plus pauvres vont payer plus cher le loyer au m2, des crédits à la consommation à 20%  tandis que les riches à 4%.
  4. La discrimination 

La question posée ensuite par le journaliste de Rue89Strasbourg concerne les inégalités : " Faut-il que les écarts de revenus soient légiférés ? "

Le maire de Strasbourg répond que les efforts doivent être proportionnels aux ressources. Or certains montants peuvent être énormes pour certains de nos co-citoyens.Il évoque l'exemple de Strasbourg. La problématique était la suivante : comment moduler la tarification des tickets de transport selon les revenus, dont la contribution la plus basse serait de 2,50 euros par mois, sachant que l'on supprime 30 000 gratuités. Roland Ries précise qu'une participation symbolique permet à celui qui bénéfice de cette aide de garder sa dignité.

Malgré quelques réticences, le projet est mis en place. La majorité de la population l'acceptée. Le quotient familial (niveau de revenu et de charges par famille) va permettre d'établir cette grille tarifaire de 2.5 à 45 euros.Cela va permettre d'intégrer les citoyens dans le processus social à tous les niveaux.

Martin Hirsch, journée de strasbourg, hirsch, journées, strasbourg, rsa
Pour Martin Hirsch, Strasbourg est en avance par rapport à beaucoup de collectivités. Il évoque les effets de seuils qui peuvent entrainer des problèmes pour celui qui voit sa situation changer. La pauvreté s'est transformée.  Les actifs ne sont plus protégés de la pauvreté. Il évoque le cas dramatique d'une personne qui ne peut pas avoir de CMU, car ses revenus dépassent le montant d'obtention de cette complémentaire d'un euro !!

Le RSA a permit de combler le fameux cas de la dame cantine qui effectue deux heures par semaine pour gagner 350 euros par mois, ce qui ne lui permettait pas de gagner un seul centime avec le RMI.

C'est à la puissance publique de fluidifier ces effets de seuil.

Certains profitent de cette intervention. Notamment, certains opérateurs qui ont négocié à leur avantage les tarifs de la téléphonie mobile. Pour l'usage, ils devaient intéressant lorsqu'ils téléphonaient entre 31 et 40 minutes par mois.

Aucun commentaire:

Fourni par Blogger.