à la une

Newsletter

 J'ai le plaisir de vous présenter ma nouvelle chatte, Masha. Elle a quatre ans. J'ai eu un véritable coup de foudre en la voyant sur une photo. Je me suis dit : c'est elle. Je voulais une nouvelle chatte qui ressemble à Maya mais pas trop, ce qui est le cas. 

Et, croyez-moi je ne me suis pas déçue. Non seulement, d'être très jolie, elle est très gentille et très caline. Elle me suit partout, un vrai bonheur. C'est une scottish straight blue mais non loof. Qu'elle n'est pas de pédigrée cela n'est pas important. C'est une chatte magnifique. Je vous la laisse découvrir en image. 




Ma muse : Masha, ma nouvelle chatte

 J'ai le plaisir de vous présenter ma nouvelle chatte, Masha. Elle a quatre ans. J'ai eu un véritable coup de foudre en la voyant sur une photo. Je me suis dit : c'est elle. Je voulais une nouvelle chatte qui ressemble à Maya mais pas trop, ce qui est le cas. 

Et, croyez-moi je ne me suis pas déçue. Non seulement, d'être très jolie, elle est très gentille et très caline. Elle me suit partout, un vrai bonheur. C'est une scottish straight blue mais non loof. Qu'elle n'est pas de pédigrée cela n'est pas important. C'est une chatte magnifique. Je vous la laisse découvrir en image. 




mai 19, 2022


Jeanne Barseghian, tout fraichement maire de Strasbourg, s'était confiée au journal de la collectivité le Strasbourg Magazine  d'Août-Septembre 2020. :
Je souhaite que Strasbourg puisse devenir la capitale européenne de la transition écologique, sociale et démocratique, par son exemplarité et par la transformation de son territoire.
Une municipalité, qui se veut exemplaire. Soit, qu'en est-il exactement, deux ans plus tard ? 

Non suivi et non mise en ligne de la charte de Transparency International France

L'ancien maire, Roland Ries, avait fait le choix suite à l'affaire de Bamako de signer la charte de Tranparency International France mais aussi d'avoir une élue en charge de la déontologie, Chantal Cutajar.  Le Pacte de la démocratie, voté au conseil municipal, a permis une réelle transformation de la vie démocratique, par l'instauration d'un dialogue tripartite : élus, agents et citoyens. Ce n'était pas parfait, mais c'était un bon commencement.

 Jeanne Barseghian, représentante alors de la liste écologiste et citoyenne aux élections municipales,  tout comme la liste d’Unis pour Strasbourg, dirigé par Alain Fontanel, s’étaient engagées lors de la campagne municipale, à appliquer les 6 engagements de l’association Transparency International France. Catherine Trautmann avait refusé l’agenda ouvert et le registre des déports. Au moins, c’est clair, pas de fausses promesses.

Copie d'écran : page de Transparency International France

A ce jour, aucun des six engagements n'a été tenu :

  1. Mettre en place un plan de prévention de la corruption.
  2. Publier les rencontres des décideurs publics locaux avec des lobbyistes sous forme d’agenda ouvert.
  3. Mieux encadrer l’usage des frais de représentation des responsables d’exécutifs locaux et en assurer la transparence.
  4. Mettre en œuvre un registre public des déports.
  5. Publier en Open data des jeux de données et documents administratifs lisibles par les citoyens.
  6. Publier le montant cumulé de l’ensemble des indemnités perçues par les élus.

Par ailleurs, je peux m'étonner de l'absence de mise en ligne sur le site de la Ville de cette charte signée par Jeanne Barseghian,  alors que son prédécesseur, Roland Ries l'avait publiée sur la page Charte de Déontologie. 

Il serait par ailleurs souhaitable que tous les engagements signés lors de la campagne municipale soient connus de tous. Ils font partie de l'axe de route de la politique municipale. 


Absence de publication de déclarations d’intérêts du maire et de ses adjoints sur le site internet de la ville de Strasbourg

Les Dernières Nouvelles D'Alsace relayaient en janvier 2022, des extraits du mail du déontologue adressés aux élus municipaux de la majorité et de l'opposition. Patrick Wachsmann se désolait de n'avoir reçu que la moitié des déclarations d’intérêts. Il prévient qu'il en fera part dans son premier rapport d'activité.

Le 3 avril 2022, le déontologue est saisi car les déclarations d'interêts des élus et des adjoints ne sont pas sur le site de l'Open Data mais aussi que de rendre public "le nom des autres conseillers municipaux, non tenus légalement d’adresser à la Haute Autorité une déclaration d’intérêts, mais astreints d’en transmettre une, sous le sceau de la confidentialité, au déontologue de la Ville de Strasbourg en vertu de l’article 3, 4e alinéa, de la Charte de déontologie du Conseil municipal de Strasbourg"

Le 4 mai 2022, le déontologue rend son avis, que je vous invite à lire. 

Aucune excuse n'est tolérée, le déontologue demande à ce que les déclarations soient publiées. La maire s'y engage à le faire. 

A ce jour, le 11 mai, rien n'a changé 

Je m'attendais à une réaction rapide de la maire, puisque cet avis est sur le site de la Ville. 

Disparition des anciens avis du déontologue

La municipalité a supprimé tous les anciens rapports annuels et avis du déontologue, sauf celui du 20 février 2020 ( Existence d’une prise illégale d’intérêt en lien avec le rapport d’audit sur l’Office du tourisme), qui avait été rendu sous l'ancienne municipalité. 

Or, ils y figuraient tous pourtant il y a moins d'un mois.  (Voir la page archivée par Google au 17 avril 2022)

Rien n'est publié sur le site de l'Open Data. 

Actuellement, je ne peux que déplorer l'absence de recommandation aux élus. Le déontologue avait évoqué dans les DNA qu'il comptait rendre son premier rapport. Ont-il été rendu ? A ce jour, rien n'est en ligne. Ont-ils été rendus ? 

Il est important de connaître les travaux du déontologue, même pris lors de la précédente municipalité, d'autant plus qu'il en fait référence. Certes, nous pouvons encore consulter le rapport de 2014-2020, mais nous n'avons pas accès à tous les 

Que cherche à prouver la municipalité écologiste : que rien ne se passe pas à Strasbourg ? Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ? 

Mais, à quoi sert le déontologue, s'il n'est pas saisi ? 

Le comité d'éthique du Pacte de la démocratie négligé

Pour expliquer le manque de saisines du comité d'éthique, la municipalité écologiste a préféré écrire dans le rapport du Conseil de Participation Citoyenne du 26 janvier : "peu connu." En fait, oui et non.. Ceux qui le connaissent ont fait le choix de le bouder en raison de son inefficacité et surtout des avis fort étonnement rendus sous l'actuelle municipalité. 

Les avis du comité d'éthique ne sont pas suivis : Preuve en est avec le choix des associations d'habitants accréditées par la municipalité dans le groupe de travail du domaine public : l'AHQG, Association Petite France, Stra.ce, l'association Saint Thomas.. en lieu et place des citoyens des assemblées de quartier. Pourquoi ce choix ?

Rappelons que les assemblées de quartier organisées par la ville peuvent s'avérer coûteuses. A la location de salle s'ajoute le tractage de flyers, dont les coûts peuvent dépasser les 1000 euros !

La Ville désavoue ainsi publiquement le comité d'éthique qui avait rendu l'avis 9 , qui avait insisté sur la participation des citoyens à la réécriture de la nouvelle réglementation municipale du domaine publique. 

Les citoyens participants dans les assemblées sont-ils les idiots utiles ? 

Prenons d'autres avis du comité d'éthique non suivis : 

L'avis 4 daté de septembre 2019, où le citoyen devrait faire partie de la commission de la vie nocturne. La Ville écologiste a fait le choix de ne pas intégrer le citoyen. Ce qui faisait défaut dans le passé, perdure. 
Compte tenu de la pratique observée jusqu’à ce jour, il est permis de conclure que la commission technique n’assure pas le rôle d’une instance de médiation et de concertation, encore moins d’une instance associant des représentants des citoyens à l’exercice de ces missions.
Le comité d'éthique avait insisté, à plusieurs reprises, que les avis de la  CADA (Commission d'Accès aux Documents Administratifs) soient suivis sans délai. Ce qui n'est pas le cas avec la nouvelle municipalité, qui a beaucoup de mal avec la transparence.
Le Comité d’éthique adjure l’administration et les élus de mettre un terme aussi rapidement que possible à cette situation : la chose jugée doit être immédiatement et intégralement exécutée, les avis de la Commission d’accès aux documents administratifs doivent être suivis, la publicité des documents administratifs doit être assurée. Ni l’État de droit, ni la démarche d’exemplarité solennellement entreprise par la Ville ne peuvent s’accommoder de la regrettable situation ainsi créée et prolongée. Il appartient à chacun, à son niveau de responsabilité, et, singulièrement, aux élus, de veiller à un rétablissement de la situation. 
Il va y avoir un renouvellement des membres citoyens du comité d'éthique probablement en juin.

Est-ce que l'adjointe en charge de la démocratie sera remplacée elle aussi ? C'était ce qui avait souhaité lors du dernier CPC (Conseil de Participation Citoyenne) du 26 janvier 2022 ? 

Qu'en est-il du bilan de suivi ? Il n'y en aura pas, car je n'ai pas été contactée. J'avais déjà saisi le comité d'éthique pourtant.

Conclusion


En 2014, Alain Jund, alors tête de liste écologiste avait signé la charte d'Anticor. Maintenant, les écologistes au pouvoir renient leurs engagements ? 

Le Pacte pour la démocratie locale est très souvent oublié dans leur discours et leurs actions politiques. Les mots de co-construction, démocratie participative, échanges avec les citoyens font partie du langage politique des écologistes.

 La démocratie participative devient surtout de la communication politique, à partir du moment où le citoyen sert de faire valoir, surtout quand les élus préfèrent choisir leur propre interlocuteur ? Pourquoi évoquer une ville inclusive si dans les faits, elle se base sur le rejet de l'autre ? 

Il serait temps de mettre de l'éthique et de la transparence dans leur politique de la Ville. 

Il serait temps de renouer la confiance avec les citoyens envers leurs élus. 

Mise à jour du 13 mai 2022

Rue89 Strasbourg a cité mon article à lire sur ce lien : Le déontologue pointe un manque de transparence de la municipalité

Mise à jour du 16 mai 2022

Lors du conseil municipal du 16 mai 2022, la Maire a répondu au sujet à Rebecca Breitman, élue de l'opposition sur  de la transmission des déclarations d'intérêts : 
Mais c'est juste que c'est pas du tout le sujet de la résolution.  Mais, c'est juste pour vous informer que le rapport annuel du déontologue sera fait au prochain conseil municipal, donc au mois de juin. Bien évidemment, l'ensemble des élus du conseil municipal ont dû transmettre la déclaration d'intérêt au déontologue et qu'il appartient aussi à la ville de pouvoir les publier sur le site. C'est pour cela, il faut le transmettre à la ville, sinon ce n'est pas possible.

Strasbourg : Moins de transparence, moins d'éthique avec les écologistes ?



Jeanne Barseghian, tout fraichement maire de Strasbourg, s'était confiée au journal de la collectivité le Strasbourg Magazine  d'Août-Septembre 2020. :
Je souhaite que Strasbourg puisse devenir la capitale européenne de la transition écologique, sociale et démocratique, par son exemplarité et par la transformation de son territoire.
Une municipalité, qui se veut exemplaire. Soit, qu'en est-il exactement, deux ans plus tard ? 

Non suivi et non mise en ligne de la charte de Transparency International France

L'ancien maire, Roland Ries, avait fait le choix suite à l'affaire de Bamako de signer la charte de Tranparency International France mais aussi d'avoir une élue en charge de la déontologie, Chantal Cutajar.  Le Pacte de la démocratie, voté au conseil municipal, a permis une réelle transformation de la vie démocratique, par l'instauration d'un dialogue tripartite : élus, agents et citoyens. Ce n'était pas parfait, mais c'était un bon commencement.

 Jeanne Barseghian, représentante alors de la liste écologiste et citoyenne aux élections municipales,  tout comme la liste d’Unis pour Strasbourg, dirigé par Alain Fontanel, s’étaient engagées lors de la campagne municipale, à appliquer les 6 engagements de l’association Transparency International France. Catherine Trautmann avait refusé l’agenda ouvert et le registre des déports. Au moins, c’est clair, pas de fausses promesses.

Copie d'écran : page de Transparency International France

A ce jour, aucun des six engagements n'a été tenu :

  1. Mettre en place un plan de prévention de la corruption.
  2. Publier les rencontres des décideurs publics locaux avec des lobbyistes sous forme d’agenda ouvert.
  3. Mieux encadrer l’usage des frais de représentation des responsables d’exécutifs locaux et en assurer la transparence.
  4. Mettre en œuvre un registre public des déports.
  5. Publier en Open data des jeux de données et documents administratifs lisibles par les citoyens.
  6. Publier le montant cumulé de l’ensemble des indemnités perçues par les élus.

Par ailleurs, je peux m'étonner de l'absence de mise en ligne sur le site de la Ville de cette charte signée par Jeanne Barseghian,  alors que son prédécesseur, Roland Ries l'avait publiée sur la page Charte de Déontologie. 

Il serait par ailleurs souhaitable que tous les engagements signés lors de la campagne municipale soient connus de tous. Ils font partie de l'axe de route de la politique municipale. 


Absence de publication de déclarations d’intérêts du maire et de ses adjoints sur le site internet de la ville de Strasbourg

Les Dernières Nouvelles D'Alsace relayaient en janvier 2022, des extraits du mail du déontologue adressés aux élus municipaux de la majorité et de l'opposition. Patrick Wachsmann se désolait de n'avoir reçu que la moitié des déclarations d’intérêts. Il prévient qu'il en fera part dans son premier rapport d'activité.

Le 3 avril 2022, le déontologue est saisi car les déclarations d'interêts des élus et des adjoints ne sont pas sur le site de l'Open Data mais aussi que de rendre public "le nom des autres conseillers municipaux, non tenus légalement d’adresser à la Haute Autorité une déclaration d’intérêts, mais astreints d’en transmettre une, sous le sceau de la confidentialité, au déontologue de la Ville de Strasbourg en vertu de l’article 3, 4e alinéa, de la Charte de déontologie du Conseil municipal de Strasbourg"

Le 4 mai 2022, le déontologue rend son avis, que je vous invite à lire. 

Aucune excuse n'est tolérée, le déontologue demande à ce que les déclarations soient publiées. La maire s'y engage à le faire. 

A ce jour, le 11 mai, rien n'a changé 

Je m'attendais à une réaction rapide de la maire, puisque cet avis est sur le site de la Ville. 

Disparition des anciens avis du déontologue

La municipalité a supprimé tous les anciens rapports annuels et avis du déontologue, sauf celui du 20 février 2020 ( Existence d’une prise illégale d’intérêt en lien avec le rapport d’audit sur l’Office du tourisme), qui avait été rendu sous l'ancienne municipalité. 

Or, ils y figuraient tous pourtant il y a moins d'un mois.  (Voir la page archivée par Google au 17 avril 2022)

Rien n'est publié sur le site de l'Open Data. 

Actuellement, je ne peux que déplorer l'absence de recommandation aux élus. Le déontologue avait évoqué dans les DNA qu'il comptait rendre son premier rapport. Ont-il été rendu ? A ce jour, rien n'est en ligne. Ont-ils été rendus ? 

Il est important de connaître les travaux du déontologue, même pris lors de la précédente municipalité, d'autant plus qu'il en fait référence. Certes, nous pouvons encore consulter le rapport de 2014-2020, mais nous n'avons pas accès à tous les 

Que cherche à prouver la municipalité écologiste : que rien ne se passe pas à Strasbourg ? Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ? 

Mais, à quoi sert le déontologue, s'il n'est pas saisi ? 

Le comité d'éthique du Pacte de la démocratie négligé

Pour expliquer le manque de saisines du comité d'éthique, la municipalité écologiste a préféré écrire dans le rapport du Conseil de Participation Citoyenne du 26 janvier : "peu connu." En fait, oui et non.. Ceux qui le connaissent ont fait le choix de le bouder en raison de son inefficacité et surtout des avis fort étonnement rendus sous l'actuelle municipalité. 

Les avis du comité d'éthique ne sont pas suivis : Preuve en est avec le choix des associations d'habitants accréditées par la municipalité dans le groupe de travail du domaine public : l'AHQG, Association Petite France, Stra.ce, l'association Saint Thomas.. en lieu et place des citoyens des assemblées de quartier. Pourquoi ce choix ?

Rappelons que les assemblées de quartier organisées par la ville peuvent s'avérer coûteuses. A la location de salle s'ajoute le tractage de flyers, dont les coûts peuvent dépasser les 1000 euros !

La Ville désavoue ainsi publiquement le comité d'éthique qui avait rendu l'avis 9 , qui avait insisté sur la participation des citoyens à la réécriture de la nouvelle réglementation municipale du domaine publique. 

Les citoyens participants dans les assemblées sont-ils les idiots utiles ? 

Prenons d'autres avis du comité d'éthique non suivis : 

L'avis 4 daté de septembre 2019, où le citoyen devrait faire partie de la commission de la vie nocturne. La Ville écologiste a fait le choix de ne pas intégrer le citoyen. Ce qui faisait défaut dans le passé, perdure. 
Compte tenu de la pratique observée jusqu’à ce jour, il est permis de conclure que la commission technique n’assure pas le rôle d’une instance de médiation et de concertation, encore moins d’une instance associant des représentants des citoyens à l’exercice de ces missions.
Le comité d'éthique avait insisté, à plusieurs reprises, que les avis de la  CADA (Commission d'Accès aux Documents Administratifs) soient suivis sans délai. Ce qui n'est pas le cas avec la nouvelle municipalité, qui a beaucoup de mal avec la transparence.
Le Comité d’éthique adjure l’administration et les élus de mettre un terme aussi rapidement que possible à cette situation : la chose jugée doit être immédiatement et intégralement exécutée, les avis de la Commission d’accès aux documents administratifs doivent être suivis, la publicité des documents administratifs doit être assurée. Ni l’État de droit, ni la démarche d’exemplarité solennellement entreprise par la Ville ne peuvent s’accommoder de la regrettable situation ainsi créée et prolongée. Il appartient à chacun, à son niveau de responsabilité, et, singulièrement, aux élus, de veiller à un rétablissement de la situation. 
Il va y avoir un renouvellement des membres citoyens du comité d'éthique probablement en juin.

Est-ce que l'adjointe en charge de la démocratie sera remplacée elle aussi ? C'était ce qui avait souhaité lors du dernier CPC (Conseil de Participation Citoyenne) du 26 janvier 2022 ? 

Qu'en est-il du bilan de suivi ? Il n'y en aura pas, car je n'ai pas été contactée. J'avais déjà saisi le comité d'éthique pourtant.

Conclusion


En 2014, Alain Jund, alors tête de liste écologiste avait signé la charte d'Anticor. Maintenant, les écologistes au pouvoir renient leurs engagements ? 

Le Pacte pour la démocratie locale est très souvent oublié dans leur discours et leurs actions politiques. Les mots de co-construction, démocratie participative, échanges avec les citoyens font partie du langage politique des écologistes.

 La démocratie participative devient surtout de la communication politique, à partir du moment où le citoyen sert de faire valoir, surtout quand les élus préfèrent choisir leur propre interlocuteur ? Pourquoi évoquer une ville inclusive si dans les faits, elle se base sur le rejet de l'autre ? 

Il serait temps de mettre de l'éthique et de la transparence dans leur politique de la Ville. 

Il serait temps de renouer la confiance avec les citoyens envers leurs élus. 

Mise à jour du 13 mai 2022

Rue89 Strasbourg a cité mon article à lire sur ce lien : Le déontologue pointe un manque de transparence de la municipalité

Mise à jour du 16 mai 2022

Lors du conseil municipal du 16 mai 2022, la Maire a répondu au sujet à Rebecca Breitman, élue de l'opposition sur  de la transmission des déclarations d'intérêts : 
Mais c'est juste que c'est pas du tout le sujet de la résolution.  Mais, c'est juste pour vous informer que le rapport annuel du déontologue sera fait au prochain conseil municipal, donc au mois de juin. Bien évidemment, l'ensemble des élus du conseil municipal ont dû transmettre la déclaration d'intérêt au déontologue et qu'il appartient aussi à la ville de pouvoir les publier sur le site. C'est pour cela, il faut le transmettre à la ville, sinon ce n'est pas possible.

mai 11, 2022


La politique de Pierre Ozenne, adjoint en charge du domaine public de la Ville de Strasbourg, est claire : augmenter l'espace allouée aux terrasses et le nombre de terrasses.  La composition du groupe de travail sur l'occupation du domaine est  volontairement opaque. Les associations d'habitants accréditées (Association AHQG, association Stra.ce, association Krutenau, association Saint Thomas..) par la municipalité n'ont pas le droit de transmettre quelque information que ce soit, sous peine de poursuite pénale. 

Vous l'avez compris, pour avoir des infos, il faut payer une adhésion à une association. Bref, une manière détournée de les aider financièrement. 

Pour les écolos, il faut favoriser le tourisme de masse à tout prix : 
  • Pierre Ozenne l'avait dit lors d'une réunion avec des citoyens concernant la végétalisation de la Division Leclerc (prétexte pour installer d'autres terrasses ?) : il lui importait peu d'être poursuivi pénalement si un accident survenait.
  • Nadia Zourgui, adjointe en charge de la tranquillité publique ne souhaite même pas rencontrer les habitants pour expliquer sa politique laxiste. La Cnil d'ailleurs a rappelé à l'ordre la Ville de Strasbourg dans sa façon de rédiger les mains courantes de la police municipale, qui pointaient des remarques sur l'appelant totalement inappropriées. 
  • Les fonctionnaires et élu n'hésitent pas à témoigner contre le citoyen qui ose se plaindre des nuisances sonores avérées dans un procès au tribunal administratif, que les écolos ont d'ailleurs perdu.
  • Les services de la municipalité ne répondent plus au citoyen : le service hygiène et santé ne transmet même plus les études acoustiques. Le service de la vie nocturne et des débits de boisson ne répond à aucun mail.
  • A ce jour, la ville refuse toujours de suivre les avis du comité d'éthique du Pacte de la démocratie, les avis de la Commission d'Accès aux Documents Administratifs, des jugements de tribunaux... 
  • La Ville n'a rien fait pour enrayer l'augmentation des Airbnb, mais bien au contraire l'encourage avec une nouvelle réglementation en y insérant plus de dérogations (j'y reviendrai plus tard dans un autre article) et n'a sanctionné qu'une seule fois
  • Le choix de mettre un adjoint en charge de la vie nocturne (qui est censé réguler les ouvertures tardives) et au tourisme est significatif. Joel Steffen d'ailleurs avait toujours refusé d'aborder la thématique des nuisances sonores à Strasbourg lors de la campagne municipale. Il n'assume pas tout comme Pierre Ozenne qu'il a mis en place, en refusant de toute transparence : ne répond pas aux mails.
  • etc.

L'équation est simple pour Jeanne Barseghian : défendre à tout prix les intérêts privés de certains voire au mépris de la sécurité humaine et du bien-être des habitants. 

La démocratie à Strasbourg n'est que communication politique. 

Gain de superficie de 2020/19 : + 125 m2



Perte de superficie 2020/19 : - 17 m2


Gain de superficie de 2021/20 : + 194 m2

Perte de superficie 2020/19 : - 65 m2

Gain de superficie de 2022/21 : + 314 m2


Perte de superficie 2022/2021 : - 15 m2


Conclusion :



La plus grosse augmentation a eu lieu en 2022 : +314 m2 sur des terrasses déjà autorisées

Alors que l’arrêté de 21 ne prévoyait pas de maintien de la superficie de l’extension, en 2022 :
  • 6 établissements ont pu bénéficier d’un gain de superficie équivalant à celle de l’extension de 21
  • 3 établissements bénéficient d’un gain de superficie supérieure à celle de l'extension qu’ils ont pu avoir en 2021
Le plus gros gain de superficie de terrasse est de 90 m2. C'est celui de l’établissement Coco Lobo, qui appartient au vice-président de l’Umih



 

Sources : Open Data de la Ville de Strasbourg

Terrasses autorisées en 2019 -  Données originales téléchargées sur https://data.strasbourg.eu/explore/dataset/terrasses-autorisees-en-2019/information/?disjunctive.nom, mise à jour du 11 mars 2021
Terrasses autorisées en 2020 - Données originales téléchargées https://data.strasbourg.eu/explore/dataset/terrasses-autorisees-en-2020/information/?disjunctive.nom, mise à jour du 22 novembre 2021 
Terrasses autorisées en 2021 - Données originales téléchargées sur https://data.strasbourg.eu/explore/dataset/terrasses-autorisees-en-2021/table/?disjunctive.nom_enseigne, mise à jour du 22 février 2022
Terrasses autorisées en 2022 - Données originales téléchargées sur https://data.strasbourg.eu/explore/dataset/terrasses-autorisees-en-2022/table/?disjunctive.nom_enseigne, mise à jour du 13 avril 2022

Articles complémentaires : 


Remarque de Tomate Joyeuse

N'hésitez pas à consulter les autres articles concernant Strasbourg sur mon blog.

Vous pouvez toujours me suivre sur Facebook et/ou par email pour recevoir les nouveaux articles du blog (gratuit et sans spam)



A Strasbourg avec les écologistes : plus de terrasses, plus de surfaces.. et plus d'opacité



La politique de Pierre Ozenne, adjoint en charge du domaine public de la Ville de Strasbourg, est claire : augmenter l'espace allouée aux terrasses et le nombre de terrasses.  La composition du groupe de travail sur l'occupation du domaine est  volontairement opaque. Les associations d'habitants accréditées (Association AHQG, association Stra.ce, association Krutenau, association Saint Thomas..) par la municipalité n'ont pas le droit de transmettre quelque information que ce soit, sous peine de poursuite pénale. 

Vous l'avez compris, pour avoir des infos, il faut payer une adhésion à une association. Bref, une manière détournée de les aider financièrement. 

Pour les écolos, il faut favoriser le tourisme de masse à tout prix : 
  • Pierre Ozenne l'avait dit lors d'une réunion avec des citoyens concernant la végétalisation de la Division Leclerc (prétexte pour installer d'autres terrasses ?) : il lui importait peu d'être poursuivi pénalement si un accident survenait.
  • Nadia Zourgui, adjointe en charge de la tranquillité publique ne souhaite même pas rencontrer les habitants pour expliquer sa politique laxiste. La Cnil d'ailleurs a rappelé à l'ordre la Ville de Strasbourg dans sa façon de rédiger les mains courantes de la police municipale, qui pointaient des remarques sur l'appelant totalement inappropriées. 
  • Les fonctionnaires et élu n'hésitent pas à témoigner contre le citoyen qui ose se plaindre des nuisances sonores avérées dans un procès au tribunal administratif, que les écolos ont d'ailleurs perdu.
  • Les services de la municipalité ne répondent plus au citoyen : le service hygiène et santé ne transmet même plus les études acoustiques. Le service de la vie nocturne et des débits de boisson ne répond à aucun mail.
  • A ce jour, la ville refuse toujours de suivre les avis du comité d'éthique du Pacte de la démocratie, les avis de la Commission d'Accès aux Documents Administratifs, des jugements de tribunaux... 
  • La Ville n'a rien fait pour enrayer l'augmentation des Airbnb, mais bien au contraire l'encourage avec une nouvelle réglementation en y insérant plus de dérogations (j'y reviendrai plus tard dans un autre article) et n'a sanctionné qu'une seule fois
  • Le choix de mettre un adjoint en charge de la vie nocturne (qui est censé réguler les ouvertures tardives) et au tourisme est significatif. Joel Steffen d'ailleurs avait toujours refusé d'aborder la thématique des nuisances sonores à Strasbourg lors de la campagne municipale. Il n'assume pas tout comme Pierre Ozenne qu'il a mis en place, en refusant de toute transparence : ne répond pas aux mails.
  • etc.

L'équation est simple pour Jeanne Barseghian : défendre à tout prix les intérêts privés de certains voire au mépris de la sécurité humaine et du bien-être des habitants. 

La démocratie à Strasbourg n'est que communication politique. 

Gain de superficie de 2020/19 : + 125 m2



Perte de superficie 2020/19 : - 17 m2


Gain de superficie de 2021/20 : + 194 m2

Perte de superficie 2020/19 : - 65 m2

Gain de superficie de 2022/21 : + 314 m2


Perte de superficie 2022/2021 : - 15 m2


Conclusion :



La plus grosse augmentation a eu lieu en 2022 : +314 m2 sur des terrasses déjà autorisées

Alors que l’arrêté de 21 ne prévoyait pas de maintien de la superficie de l’extension, en 2022 :
  • 6 établissements ont pu bénéficier d’un gain de superficie équivalant à celle de l’extension de 21
  • 3 établissements bénéficient d’un gain de superficie supérieure à celle de l'extension qu’ils ont pu avoir en 2021
Le plus gros gain de superficie de terrasse est de 90 m2. C'est celui de l’établissement Coco Lobo, qui appartient au vice-président de l’Umih



 

Sources : Open Data de la Ville de Strasbourg

Terrasses autorisées en 2019 -  Données originales téléchargées sur https://data.strasbourg.eu/explore/dataset/terrasses-autorisees-en-2019/information/?disjunctive.nom, mise à jour du 11 mars 2021
Terrasses autorisées en 2020 - Données originales téléchargées https://data.strasbourg.eu/explore/dataset/terrasses-autorisees-en-2020/information/?disjunctive.nom, mise à jour du 22 novembre 2021 
Terrasses autorisées en 2021 - Données originales téléchargées sur https://data.strasbourg.eu/explore/dataset/terrasses-autorisees-en-2021/table/?disjunctive.nom_enseigne, mise à jour du 22 février 2022
Terrasses autorisées en 2022 - Données originales téléchargées sur https://data.strasbourg.eu/explore/dataset/terrasses-autorisees-en-2022/table/?disjunctive.nom_enseigne, mise à jour du 13 avril 2022

Articles complémentaires : 


Remarque de Tomate Joyeuse

N'hésitez pas à consulter les autres articles concernant Strasbourg sur mon blog.

Vous pouvez toujours me suivre sur Facebook et/ou par email pour recevoir les nouveaux articles du blog (gratuit et sans spam)



avril 15, 2022

 


Depuis 2019, suite à une saisine du comité d'éthique de la Ville de Strasbourg, la municipalité a décidé de de recenser l'ensemble des terrasses autorisées de l'Open Data.  Les informations disponibles sont le nom de l'enseigne, la localisation à l’adresse, la superficie et l’identifiant du dossier d’instruction.

J'avais déjà expliqué dans de précédents articles, les difficultés à analyser les données de l'Open Data. Cette année, pas de changement. 

  • Plus de séparation de numéro et de rues, mais une colonne commune adresse
  • Pas de transmission des données internes à l'intérieur des PDF pour pouvoir analyser les données
  • Il est toujours impossible de faire du copier-coller à l'intérieur 
Je m'étonne de cela, car Jeanne Barseghian a signé la charte de Transparency International France  à savoir "Publier en « open data » des jeux de données et documents administratifs lisibles par les citoyens".

On peut d'ailleurs s'étonner du changement de colonnes quand on exporte les données d'années différentes sur Excel. 

Pour mieux expliquer cela, j'ai colorié les colonnes de chaque élement qui se répétait et ce de 2019 à 2022. 

Et voici, en changement de municipalité : les données de 2021, les extensions de terrasses 21 et l'année 2022. 

Je ne comprends pas trop cette volonté de changer à ce point les colonnes. Une erreur technique ? 

Comme beaucoup me le demande, l'étude des terrasses de 2022 sera en ligne sur ce blog et bien sûr transmise en document PDF à la municipalité. J'ai ajouté d'autres critères d'analyses. 

Je vais mettre à jour les études de 2021.

Point assez rigolo, j'avais contacté la Ville de Strasbourg au sujet d'une réutilisation des données. Mon message est sur le site de la Ville mais sans le lien vers l'article en question.  La ville m'a répondue partiellement en omettant de me communiquer les données brutes.


Source de ces fiches Excel : Open Data de la Ville de Strasbourg

N'hésitez pas à consulter les autres articles concernant Strasbourg sur mon blog.

Vous pouvez toujours me suivre sur Facebook et/ou par email pour recevoir les nouveaux articles du blog (gratuit et sans spam).  

L'Open Data de 2022 des terrasses toujours aussi compliqué à analyser

 


Depuis 2019, suite à une saisine du comité d'éthique de la Ville de Strasbourg, la municipalité a décidé de de recenser l'ensemble des terrasses autorisées de l'Open Data.  Les informations disponibles sont le nom de l'enseigne, la localisation à l’adresse, la superficie et l’identifiant du dossier d’instruction.

J'avais déjà expliqué dans de précédents articles, les difficultés à analyser les données de l'Open Data. Cette année, pas de changement. 

  • Plus de séparation de numéro et de rues, mais une colonne commune adresse
  • Pas de transmission des données internes à l'intérieur des PDF pour pouvoir analyser les données
  • Il est toujours impossible de faire du copier-coller à l'intérieur 
Je m'étonne de cela, car Jeanne Barseghian a signé la charte de Transparency International France  à savoir "Publier en « open data » des jeux de données et documents administratifs lisibles par les citoyens".

On peut d'ailleurs s'étonner du changement de colonnes quand on exporte les données d'années différentes sur Excel. 

Pour mieux expliquer cela, j'ai colorié les colonnes de chaque élement qui se répétait et ce de 2019 à 2022. 

Et voici, en changement de municipalité : les données de 2021, les extensions de terrasses 21 et l'année 2022. 

Je ne comprends pas trop cette volonté de changer à ce point les colonnes. Une erreur technique ? 

Comme beaucoup me le demande, l'étude des terrasses de 2022 sera en ligne sur ce blog et bien sûr transmise en document PDF à la municipalité. J'ai ajouté d'autres critères d'analyses. 

Je vais mettre à jour les études de 2021.

Point assez rigolo, j'avais contacté la Ville de Strasbourg au sujet d'une réutilisation des données. Mon message est sur le site de la Ville mais sans le lien vers l'article en question.  La ville m'a répondue partiellement en omettant de me communiquer les données brutes.


Source de ces fiches Excel : Open Data de la Ville de Strasbourg

N'hésitez pas à consulter les autres articles concernant Strasbourg sur mon blog.

Vous pouvez toujours me suivre sur Facebook et/ou par email pour recevoir les nouveaux articles du blog (gratuit et sans spam).  

mars 21, 2022


J'ai demandé au service de presse de la ville de Strasbourg, comme j'écris depuis fort longtemps sur ma ville, de pouvoir recevoir leurs communiqués de presse et d'avoir le point de vue de la municipalité au lieu d'évoquer à chaque fois dans mes articles son silence. 

Réponse du service de presse de la Ville de Strasbourg



J'ai demandé au service de presse de la ville de Strasbourg, comme j'écris depuis fort longtemps sur ma ville, de pouvoir recevoir leurs communiqués de presse et d'avoir le point de vue de la municipalité au lieu d'évoquer à chaque fois dans mes articles son silence. 
mars 08, 2022

Qui suis-je ?

Strasbourg

Pinterest