Marlon Brando : L'Homme Et Le Mythe Du Cinéma

Marlon Brando
Marlon Brando était non seulement un acteur, un sex-symbol, une icône, un mythe mais aussi un homme d'une grande humanité. En ce moment, je suis en train de le découvrir. Après avoir terminé la lecture de  la biographie de Darwin Porter, je vais m'attaquer à l'autobiographie de Marlon ainsi que de celles de ses deux ex-femmes.

L'acteur
Je ne citerai pas ici toute la filmographie de Marlon Brando, mais je laisserai plutôt s'exprimer l'acteur sur son  son métier (source : son autobiographie "Les chansons que m'apprenait ma mère")
"J'ai toujours considéré que l'un des avantages du métier d'acteur, c'est qu'il permet à l'interprète d'exprimer des sentiments auxquels il ne pourrait jamais donner libre cours dans la vraie vie. Les émotions intenses qui dorment en vous s'expriment parfois avec un intensité inouïe : on croirait les voir fumer. J'imagine en terme de psychodrame, c'est une bonne chose. De façon plus profonde, mon insécurité affective, le fait qu'on ne m'ait pas autorisé à être moi-même, qu'on ne m'ait pas donné l'amour que je demandais, a dû m'aider dans mon métier. Mon jeu a sans doute bénéficié d'une intensité inhabituelle, inconnue de beaucoup de gens. Cette insécurité est aussi à l'origine de mes facultés de mimétisme : quand on est un enfant mal aimé, que l'essence de ce qu'on est semble inacceptable, on se met en quête d'une identité qui pourrait être agréée. On va la chercher le plus souvent dans les visages de ceux à qui l'on parle. On prend l'habitude d'étudier les gens, de disséquer leur façon de s'exprimer, les réponses qu'ils donnent et leurs points de vue. Puis, par une sorte de réflexe défensif, on se met à refléter ce qu'on dit sur ces visages, les comportements qu'on a observés, car la plupart des gens aiment voir un reflet d'eux-mêmes. Si bien que quand je suis devenu acteur je disposais déjà de toute une collection de personnages intérieurs, destinés à produire des réactions chez les autres. Je crois que cela aussi m'a été utile."

Un Tramway nommé désir - Bande annonce Vost FR
envoyé par _Caprice_. - Regardez des web séries et des films.


Le séducteur
La biographie de Darwin Portner "Marlon Brando, les derniers secrets" m'a surprise. Je fus vraiment étonnée des conquêtes féminines et aussi bien masculines de Marlon Brando : Edith Piaf, Jacky Kennedy, Ava Gardner, James Dean, Montgomery Cliff, Roger Vadim, Bette Davis, Marilyn Monroe, Veronika Lake, Grace Kelly, Marlene Dietrich, Tenessee Wiliams....

Son ex-femme Anna Kashfi cite une interview de l'acteur, dans son autobiographie "Brando au petit déjeuner".
"Ce ne fut que vers le milieu de l'année 1976 que Marlon, pour la première fois, du moins à ma connaissance discuta publiquement de son homosexualité. A un journaliste qui l'interviewait pour un magazine cinématographique français, il avoua : "Comme un grand nombres  d'hommes, j'ai eu des expériences homosexuelles et je n'en ai pas honte. Je n'ai jamais fait beaucoup attention à ce que les gens pensent de moi. Au fond de moi, j'éprouve une certaine ambiguïté et je ne dis pas ça pour contrarier les sept femmes sur dix qui me considèrent à tort, comme un symbole sexuel. Selon moi, le sexe est quelque chose qui manque de précision. Disons que le sexe est asexué... L'homosexualité est tellement à la mode que ça ne fait plus sensation."



L'humaniste 

Marlon Brando a défendu la cause des palestiniens, comme celles des noirs américains, des indiens d'Amérique....

En 1972,  son interprétation dans le Parrain de Francis Ford Coppola lui permet de décrocher un second Oscar. C'est une actrice Sacheen Littlefeather (Alias Maria Cruz), d'origine yaqui et apache (des journalistes écrivent à tord qu'il s'agissait d'une Mexicaine) qui informe devant l'auditoire que Marlon Brando refusait son Oscar pour protester dont la façon les Améridiens étaient représentés dans le cinéma.
 Lien de la video sur youtube
Sacheen Little Father
"Quand j'ai été nominé aux Oscars pour le Parrain, j'ai trouvé absurde de me rendre à la cérémonie. Il y avait quelque chose de risible à célébrer une industrie qui dénigrait systématiquement les Indiens d'Amérique depuis soixante ans, alors qu'au même moment on assiégeait deux cents natifs à Wounded Knee. je comprenais que si je remportais l'Oscar cela pouvait donner aux Indiens, pour la première fois de l'histoire; l'occasion de s'adresser à soixante millions de personnes : une petite réparation eu égard aux années de calomnies propagées par Hollywood. J'ai donc demandé à l'une de mes amies, Sacheen Little Feather, de se rendre à la cérémonie à ma place et j'ai rédigé une déclaration qu'elle devait lire en mon nom  j'y dénonçais le traitement réservé aux Indiens d'Amérique et le racisme en général. Mais le procureur du spectacle, Howard Koch, l'intercepta : il eu le bon goût de s'opposer à ce qu'elle lise mon adresse. Sacheen dut se contenter de quelques mots improvisés en faveur des Indiens; elle s'en tira avec une dignité qui m'emplit de fierté.
J'ignore ce qu'est devenu cet Oscar. L'académie du cinéma me l'a peut-être envoyé, mais dans ce cas je ne sais pas où il est passé." 
(extrait de l'autobiographie de Marlon Brando)

Marlon Brando dans "Blanches colombes et vilains messieurs"
En 1976, on lui avait décerné le prix humanitaire NAACP, il le refuse. Comme il le dit dans le livre de Lawrence Crobel :
"Je ne croix pas aux prix, quels qu'ils soient. Je ne crois pas non plus aux prix Nobel de la paix".
A cette remarque de l'auteur : "Cependant vous avez accepté l'Oscar en 1954", il répond :
"J'ai fait beaucoup de choses stupides dans ma jeunesse".

Affiche de " Une saison blanche et sèche"
Il avait accepté de jouer dans "Une saison blanche et sèche" (1989) à titre gracieux.
"L'histoire me semblait efficace : non seulement elle montrait la situation des Noirs sous l'apartheid; mais elle donnait aussi au public blanc l'occasion de voir à travers les yeux d'un Sud-Africain blanc toute l'inhumanité de cette politique". 
Il n'a pas aimé ce film et protesta violemment par lettre à la MGM :
"En 35 ans, je ne me suis jamais autant impliqué dans un film, je n'ai jamais autant souffert en jouant et je n'ai jamais retiré  si peu de récompenses ". 
Il avait demandé à la productrice Paula Weinstein et la MGM qu'on remonte le film à ses frais, afin de lui donner plus de tension et de cohérence dramatique. La MGM est restée sourde aux propositions de Marlon Brando. Lorsque la productrice l'appela du festival de Tokyo, où le film concourrait, il  lui proposa encore d'y faire des modifications :
"Il n'est jamais trop tard. Je suis prêt à payer le montage. Peu importe ce que ça coutera". 
Elle l'informa qu'il avait gagné  le prix d'interprétation et que le film n'avait emporté aucune récompense. Dans son autobiographie, Marlon Brando montre sa déception :
"Pourtant elle n'avait toujours pas saisi le message et refusa de changer d'avis. Je me sentis trahi; le film fut un véritable fiasco"

Marlon Brando et Michael Jackson 

Dans les années 1980, Quincy Jones présente Michael Jackson à Marlon Brando . Une amitié très profonde s'est instauré entre les deux hommes au point que l'acteur a déclaré :
"Michael Jackson est mon meilleur ami - ou tout du moins le seul ami loyal qu'il me reste. Tous les autres m'ont trahi"
Pendant deux décennies, Miko, le fils de Marlon Brando travailla en tant que garde du corps pour Michael Jackson. Le parrain de la fille de Miko, Prudence, était le roi de la Pop.  Après la mort de son père, il déclara à la presse:
"La dernière fois que mon père est sorti de chez lui pour aller où que ce soit, pour quelques sorties que ce soit, c'était avec Michael Jackson. Il l'adorait. Chez Michael, mon père avait un chef 24 heures sur 24, un garde du corps  24 heures sur 24, un assistant 24 heures sur 24, des cuisiniers 24 heures sur 24, une femme de chambre 24 heures sur 24. il avait carte blanche. Michael avait même acheté une télé plasma pour mon père. Le jour où il voulu changer la décoration de sa chambre, Michael lui en a commandé une autre."
On vit apparaître Marlon Brando lors du concert des trente années de carrière de Michael Jackson au Madison Square Garden. Il se présenta en disant sous les sifflets et les rires des spectateurs :
"Je suis Marlon Brando. Vous vous demandez certainement qui est ce gros lard assis ici."
Il retira sa montre et dit aux spectateurs
"Dans la minute qui vient de s'écouler, 100 000 enfants se sont fait tuer à coups de machette".



Tahiti et Marlon Brando. 

L'acteur a découvert cette île lors du tournage "Les révoltés du Bounty".
J'ai trouvé un très bel article (Tahiti-Pacifique magazine, n° 160, août 2004)  en français qui parle de l'amour de Marlon Brando pour Tahiti, mais aussi de son testament. On prétendait l'acteur ruiné avant sa mort mais c'est faux. Article à lire absolument.
Disparition de Marlon Brando : Tahiti perd un grand ami !

Affiche de "Brando Unauthorized"
Un film sur la vie de Marlon Brando bientôt sur les écrans

Actuellement un film est en train préparation "Brando Unauthorized". Le réalisateur Damian Chapa a eu le goût pour le cinéma en voyant  jouer Marlon Brando  dans Le dernier Tango à Paris".

Le film évoquera partiellement la carrière de Marlon Brando, en fait,  il se concentrera plus sur son enfance et sa relation avec son fils Christian Brando. 
"C'est une histoire intense. Nous nous avons pris des enregistrements du domaine public pour faire ce film". 
a déclaré Chapa.

Damien Chapa interprètera le rôle de Marlon Brando dans le film.

Des interviews de Marlon Brando en français

Marlon s'est exprimé en français dans quelques interviews que j'ai pu trouver sur youtube.


5 commentaires:

  1. Il a une bonne oreille tout de meme. Avec beaucoup d´entrainement, on pourrait croire qu´il a touours vécu en france.

    RépondreSupprimer
  2. Il a une bonne oreille tout de meme. Avec beaucoup d´entrainement, on pourrait croire qu´il a touours vécu en france.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cet article vraiment trés intéressant.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce partage, je le connaissais comme tout un chacun, sans plus, ces articles vont me permettrent de le découvrir.

    RépondreSupprimer
  5. Pfffioouuu, quel bel article! Bravo!

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.