100 idées pour la France à Strasbourg : des idées pour 2012 ?

Dans notre belle ville strasbourgeoise, se sont déroulés des débats réunissant des experts, des politiques, des universitaires, des élus, des citoyens... 100 idées pour la France. Débats riches, qui méritent beaucoup de réflexions mais aussi j'ajouterai plus de communication du public qui y ont assisté. Je déplore notamment que l'information n'ait pas été relayée par la suite suffisamment, sur les blogs ou sur Twitter. Peut-être suis-je un peu trop impatiente ? Ces journées ont été un véritable succès plus de 1000 personnes sont venues assister aux débats. Les salles étaient bien souvent pleines.

2012 approchant, les idées fusent, les réflexions s'organisent... Est-ce que cet évènement influencera sur les programmes présidentiels ? L'avenir nous le dira.

Aujourd'hui j'ai assisté à deux conférences, dont je vous fait un compte rendu sommaire, dans cet article, des notes que j'ai prises.

Débat de 14h15 à 15h15 : Menace sur la laïcité ?

Avec Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS, Jean Bauberot, professeur émérite à la chaire Histoire te sociologie de la laïcité et Rokhaya Diallo, fondatrice des Indivisibles

Rokhaya Diallo, Jean Bauberot et Patrick Weil

La laïcité est basée sur le principe de l'égalité, de pratiquer librement sa fois sans crainte d'être stigmatiser. La loi de 1905 l'encadre :
  • Liberté de rassemblement
  • Séparation de l'église et de l'état
  • Liberté de conscience 
  • Liberté de culte
Ce sont les tribunaux qui vont régler les conflits.

Aux États-Unis, c'est différent, car même en cas de séparation entre l'Etat et des cultes, la société ne reconnaît pas éligibilité d'un président qui douterait de l'existence de Dieu.

Ces dernières années, une stratégie de division s'est instaurée dans la société française, en stigmatisant le musulman, qui vont faire l'objet de discours répétés sur immigration et son origine. Alors que la laïcité s'inscrit dans une volonté d'adhérer aux mêmes valeurs de la république, de respecter la diversité des français dans leur liberté de culte.

Mais la problématique de la bourqua s'inscrit dans un autre discours,  c'est une manipulation du visible, alors que ce débat ne concerne pas les musulmans.

Les débats de l'identité nationale et la laïcité identitaire sont liés à une certaine idée de l'idée l'identité nationale d'un français de souche est laïc par naissance contrairement à d'autres.

Il faut distinguer plusieurs espaces : espace privé, sacré, construit et commun. C'est pourquoi le fonctionnaire est interdit de porter des signes religieux lors de son travail.

Débat du 16h45 à 17h45 : Internet, une révolution démocratique ?

Avec Benoît Thieulin, cofondateur de La Netscouade, Vincent Feltesse, président PS de la Communauté urbaine de Bordeaux et Vincent Cespedes, philosophe


Il est vrai qu'Internet est né des budgets de l'armée américaine qui ne souhaitait pas dépendre d'un centre. Mais cette idée a germée en 1968 d'un vrai projet politique de professeurs et d'étudiants, qui ne souhaitaient pas que l'informatique soit centralisée mais distribuée.

La révolution numérique conduit à une transparence, une valeur de partage de l'information. La généralisation d'Internet permet la participation à la démocratie.

Nous assistons non pas à une diffusion mais à une démultiplication, une explosion de l'information, d'où la transparence totale d'Internet, grâce au même réseau pour tous (neutralité du net) mais aussi des citoyens. Cela devient ainsi un atout démocratique et commercial.

La question qui se pose : existe-t-il une autorité morale de la régulation du net ? La neutralité du net permet-elle la protection privée du citoyen ?
  • Il est illusoire de croire que  les révolutions arabes sont nées par internet. Internet a permis de libérer la parole alors qu'en public elle était censurée en Tunisie.
    En Iran : censure du net
  • Italie : Berlusconi risque de contrôler lnternet pour pourvoir gagner les élections
  • Chine : des milliers blogueurs gouvernementaux vont s'emparer des codes du net (façon d'écrire, attitude des blogueurs ect.) pour faire de la propagande. 
  • Soudan : Des faux appels à manifestation sont fait sur le net, pour pouvoir mieux contrôler les citoyens.
Internet n'est pas un contenu mais une révolution, un nouveau médium.

Dans le savoir collaboratif, il faut y voir aussi l'aspect éducatif et culturel. La dématérialisation des biens culturels devient un ennemi de l'industrie culturelle. Faut-il ou pas sortir du copyright ? Les droits exclusifs ne peuvent plus fonctionner. La culture deviendra un bien culturel. On passe de la passivité de la culture à celle de l'échange.

Il y a une révolution du comportement par rapport à la culture, c'est pourquoi le but de l'éducation de l'éducation nationale dans le futur sera d'apprendre à apprendre aux jeunes. Le rapport à la connaissance doit changer : collaborer avec le savoir et chercher le savoir.

Internet induit une vigilance quant aux sources de l'information.

Dans le passé, les émissions recevaient les courriers des lecteurs mécontents. Alors que maintenant, on ne laisse plus rien passer, les internautes s'expriment, et créent le buzz. La révolution est démocratique et philosophique.


 Même un régime  autoritaire ne peut pas fermer internet en 48 heures, car il en dépend économiquement. Le dernier virus Stuxnet a été une arme cyber-criminelle en Iran permettant de retarder ses avancées nucléaires pour les deux prochaines années.

Même dans le champ politico-médiatique, Obama qui a utilisé Internet pour sa campagne présidentielle, n'aurait pas gagné sans la télévision.

Pendant très longtemps, on vivait par procuration. 10 secondes étaient retenues d'un discours d'un politique (une phrase forte). Maintenant, on a plus de temps pour s'exprimer. Un espace instantané s'organise.

Les limites sont le rapport à la vie privée. Un apprentissage social est en train de se faire sur Facebook, pour paramétrer ses paramètres de confidentialité.

Les recherches en Arabie Saoudite sont différentes de celles faites en France. La neutralité du net est difficile à expliquer. Le réseau restera neutre en fonction de l'information. Des menaces pèsent : des outils de filtrages vendus par des industriels deviennent des véritables armes de guerre. Sur cette même question on peut faire le même grief à Hadopi au delà de la gestion du net.

Il a été aussi évoqué dans ce débat l'écran de Wading (??) où les internautes communiquaient entre eux sans se rendre de compte de l'espace et des gens avec ils vivaient. La question qui se pose est de savoir quelle dialectique de l'émotion, nous allons mettre dans Internet ?

D'autres articles qui pourraient vous intéresser :

VIDEO : Journées de Strasbourg - Vingt et une idées pour la France 

Sur ce blog : 

Journées de Strasbourg : 100 idées pour la France : Un événement local ?
100 idées pour la France : Les débats à Strasbourg
100 idées pour la France : Débat Hollande et de Villepin à Strasbourg

Sur ma page Facebook : des photos de l'évènement  des Journées de Strasbourg

Aucun commentaire:

Fourni par Blogger.