Photo d'illustration : Crédits Nick Fewings - Unsplash
Je me rappelle de mon premier voyage à Dacca. Il y avait une grille qui empêchait les mendiants de rentrer dans l'aéroport.  Dans le bus qui allait à l'hôtel, j'avais vu le bras d'un homme cousu à son torse. On m'a expliqué que certains s'auto-mutilaient pour attirer plus la compassion. On se dit.. que cela se passe dans un des pays les plus pauvres au monde avec ses 1 516,5 dollars de PIB annuel en 2017 selon la banque mondiale. On se dit qu'on peut comprendre, ce n'est pas chez nous.

Photo que j'avais prise lors d'une escale  à Nairobi au Keyna
L'arrêté municipal anti-mendicité agressive est-il un mal nécessaire ? 

Le 29 avril 2019, en réponse à la question de Jean-Philippe Vetter, le conseiller municipal de droite, sur la mendicité agressive, le maire de Strasbourg lui expose son récent arrêté municipal anti-mendicité.



Certains se sont félicités de la nouvelle, comme Yves Bur, l’ancien député de Strasbourg-Campagne dans Les Dernières Nouvelles D'Alsace du 3 mai 2019
" tout le reste n’est que postures idéologiques". Or, conclut l’élu lingolsheimois, en matière de sécurité des personnes, "il n’y a pas de place pour l’idéologie, il faut des actes."
ou encore Le Vitrines de Strasbourg dans un communiqué de presse daté du 29 avril 2019



Des voix s'élèvent contre cet arrêté 

D'autres élus ont été manifestement contre. Je peux en citer quelques uns  comme les écologiques

Paul Meyer l'adjoint du centre ville et du commerce du groupe La Coopérative - Génération.s a exprimé son indignation lors de sa prise de parole.



Philippe Bies a pris lui aussi une position ferme sur le sujet alors qu'il est dans la majorité municipale. Et c'est ainsi, le maire de Strasbourg l'a rappelé à l'ordre. 



Syamak Agha Babaei, vice-président de l’Eurométropole chargé de l’habitat et médecin urgentiste de métier, appelle d'ailleurs avec d'autres associations à attaquer l’arrêté au tribunal administratif.
Pourquoi faire un arrêté si la loi existe déjà ?

Comme beaucoup de Strasbourgeois, nous nous étonnons que l'arrêté municipal de Strasbourg ne prenne en compte que la place du Marché-Neuf, la place du Temple-Neuf et la rue des Grandes-Arcades. Quand sont-ils des autres endroits de la ville notamment la Grand'Rue ?

Cet arrêté n'est-il pas une communication politique de la municipalité ?  En effet, le législateur condamne déjà la mendicité agressive dans le code pénal.

Article 312-12-1 :
Le fait, en réunion et de manière agressive, ou sous la menace d'un animal dangereux, de solliciter, sur la voie publique, la remise de fonds, de valeurs ou d'un bien est puni de six mois d'emprisonnement et de 3 750 euros d'amende.
Article 225-12-5
L'exploitation de la mendicité est le fait par quiconque de quelque manière que ce soit :
  1. D'organiser la mendicité d'autrui en vue d'en tirer profit ;
  2. De tirer profit de la mendicité d'autrui, d'en partager les bénéfices ou de recevoir des subsides d'une personne se livrant habituellement à la mendicité ;
  3.  D'embaucher, d'entraîner ou de détourner une personne en vue de la livrer à la mendicité, ou d'exercer sur elle une pression pour qu'elle mendie ou continue de le faire ;
  4. D'embaucher, d'entraîner ou de détourner à des fins d'enrichissement personnel une personne en vue de la livrer à l'exercice d'un service moyennant un don sur la voie publique.
Est assimilé à l'exploitation de la mendicité le fait de ne pouvoir justifier de ressources correspondant à son train de vie tout en exerçant une influence de fait, permanente ou non, sur une ou plusieurs personnes se livrant à la mendicité ou en étant en relation habituelle avec cette ou ces dernières.
L'exploitation de la mendicité est punie de trois ans d'emprisonnement et d'une amende de 45 000 euros. 

Photo d'illustration prise par Mihály Köles - Unsplash

N'avions-nous pas en fait peur d'être un jour à la place du mendiant en face de nous ?

La mendicité à Strasbourg est agressive de quelque manière que ce soit, car elle est visuelle. Nous avons en face de nous un pauvre, qui nous demande de l'aide. Ce qui nous dérange, c'est que c'est chez nous, et pas n'importe où. Strasbourg, c'est notre ville, une ville civilisée, d'un pays développé, d'un pays riche...

Un Strasbourgeois hier m'a dit que les SDF étaient levés à 6 heures du matin pendant les périodes d'été et du marché de Noël. Rappelons nous le scandale de la vidéo Facebook de 2017, montrant la police municipale en train de les  réveiller avec leur voiture dans une galerie de l’hypercentre, depuis est-ce que cela a changé quelque chose ? Pas vraiment.

Un ami a soulevé un point intéressant :
"Mais pourquoi ne devons-nous pas condamner aussi les associations qui veulent nous vendre des abonnements pour d'associations caritatives ?
Cachons donc ces pauvres que nous ne serions voir.

La mendicité dans la capitale de l'Europe, dans un pays si développé comme la France, est le témoignage de l'impuissance de nos politiques publiques à résoudre les problèmes de pauvreté.

Si nous avons arborons cette mendicité, n'est-ce pas parce que nous craignions, nous aussi un jour, peut-être, d'être à la rue, comme ce mendiant en face de nous ? Qui est à l'abri ?

Mais, des solutions existent pourtant





Le labo Citoyen, collectif de réflexion politique fondé par Syamak Agha Babaei propose de trouver un logement aux sans-abris.
Il faudrait la création de 500 places pérennes d’hébergement financées par les collectivités territoriales Ville et Eurométropole de Strasbourg pour un coût possible de 3 millions d'euros.

La pétition sur Mes Opinions ne compte que 928 signatures et celle sur la ville reconnue par la ville de Strasbourg, quatre.

Mais, pour l'instant, à Strasbourg, tâchons de cacher ces pauvres que nous ne saurions voir.


Suivez et soutenez quelques associations sur Facebook :

Collectif SDF Alsace
La Maraude du partage
Emmaüs Strasbourg

Pétition pour trouver un logement aux sans-abris à Strasbourg par le labo-citoyen
Création de 500 places pérennes d’hébergement financées par les collectivités territoriales Ville et Eurométropole de Strasbourg

Articles complémentaires :
Les arrêtés municipaux sont-ils légaux ? de ATP Quart Monde
Strasbourg : Ries et Herrmann justifient l’arrêté anti-mendicité agressive - DNA

Ps : S'il faut mettre d'autres associations Strasbourgeoises dans cet article, n'hésitez pas à me l'écrire dans vos commentaires.