S'il y a un bien  un service exemplaire à  Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, c'est bien celui-ci : l’accueil téléphonique. Toutes les personnes se présentent et vous saluent. Elles sont très agréables. Elles feront de leur mieux pour vous donner le bon service ou de vous renseigner si nécessaire lorsque tel ou tel fonctionnaire est en réunion par exemple. Ces personnes de l'accueil téléphonique représentent avec élégance la ville et l'Eurométropole de Strasbourg. 

Voici.. une belle étape de franchie.. Passons à la suite..

L’accueil des divers services est très variable. Rarement, j'insiste sur le rarement, l'interlocuteur ou interlocutrice se donnera la peine de se présenter. Bref, nous parlons à une voix.. je dis bien une voix féminine ou masculine. Il m'arrive souvent de demander.. Mais vous êtes qui ? On ne me répond pas. Je suis dans le service concerné mais c'est tout. Silence, je n'en serai pas plus. C'est une voix d'un service concerné.

La voix se déresponsabilise du problème et rappelle qu'il faut envoyer un courrier. Il nous faut un courrier pour commencer. On vous répondra... Ou bien... la voix me transfère à une autre voix.. d'un autre service. Rebelote,  je connais parfois le nom du service, mais je ne sais toujours pas qui est la personne dernière le combiné. 

Le cabinet du maire et les secrétariats des élus sont loin d'être exemplaires. Même topo.. et puis je me retrouve aussi en face de la bonne excuse : ce n'est pas nous qui décidons ce sont les services. Je leur réponds : "Mais à quoi servent les élus ?" 

La voix ne me répond pas. Elle vient d'avoir un autre appel téléphonique paraît-il alors qu'il n'y a aucune sonnerie qui a retenti. la voix s'en fout de mes problèmes de citoyenne. 

La Ville et de l’Eurométropole souhaite participer au projet Eloge

L’objectif est ambitieux : 
"Notre objectif affirmé est d’engager un projet qui nous ressemble et nous rassemble, vers plus d’ouverture aux citoyens-ennes et aux territoires qui nous entourent, des relations plus bienveillantes et plus directes, une participation renforcée aux décisions prises et davantage de réactivité et de qualité dans le service rendu."

Et si on commençait tout simplement par le commencement, par se présenter. N'est-ce pas la moindre des politesses ? Est-ce que ce défaut de bonnes manières fait partie de la politique de la ville ?

Le prince Charles-Maurice de Talleyrand a dit un jour :
 Il y a trois sortes de savoir : le savoir proprement dit, le savoir-faire et le savoir-vivre ; les deux derniers dispensent assez bien du premier. 

Mise à jour de l'article le 4 octobre 2019 :

Sur ce sujet, une question avait déjà été répondue à l'assemblée nationale : Question N° : 1545 - Réponse publiée au JO le :  01/07/2008  page :  5702 dont voici un extrait :

Il ressort de ces dispositions que, sauf pour des raisons de sécurité publique ou de préservation de la sécurité des personnes, le fonctionnaire a l'obligation de décliner son identité à l'administré qui la lui demande. Le refus opposé par l'agent est un manquement à cette obligation que les administrations sont appelées à rappeler en tant que de besoin. Le non-respect de cette obligation pouvant par ailleurs être constitutive d'une faute disciplinaire, l'autorité investie du pouvoir disciplinaire peut, sur le fondement des articles 26, 27 et 29 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 et de l'article 4 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000, infliger une sanction disciplinaire à l'auteur de ces faits.