La volonté initiale d'aménagement de la rue du 22 Novembre a été dévoyée vers une privatisation de l'espace public avec la bénédiction de la municipalité. 

Coût de l'aménagement, si ma mémoire est bonne, serait plus de 600 000 euros. Montant à vérifier. Si vous avez les informations, s'il vous plaît, faites-le-moi savoir je mettrai à jour l'article. 

Qu'en est-il des travaux engagés ? 


Pour en savoir un peu plus, il vous faut vous retourner vers la police du bâtiment de Strasbourg qui vous permettra consulter le permis d'aménager. Je l'avais déjà demandé l'an dernier, ce n'est qu'en 2020 que j'ai pu y avoir accès. Il interroge. 

Le bilan de concertation avec les citoyens avait eu lieu le 8 novembre 2018. 
Le permis d'aménager a été accordé le 24 juin  2019. 
L'architecte des bâtiments de France rend son avis le 26 août 2019
L'avis des pompiers n'est que signé le 9 octobre 2019

Le mardi 24 septembre 2019, une réunion publique avait eu lieu avec l'adjoint de quartier de l'époque, Paul Meyer, dans la petite salle de l’église Protestante Saint Pierre Le Vieux, alors que tout était en fait déjà décidé par la municipalité et les élus. Cette réunion n'y est pas mentionnée.

Fort heureusement, le projet qui avait été voté à main levée lors de la réunion publique, n'a pas été suivi. Nous n'avons pas le zigzag de la piste cyclable qui accordait une belle largeur pour les terrasses des bars. La piste cyclable est bien centrale avec de la place (ouf) laissée pour les véhicules de secours. 

Le mobilier urbain 


Suite à mon intervention, en août 2019 les arceaux à vélo prévus de la rue des Aveugles ont été supprimés car ils occasionnaient des problèmes évidents de secours. Pourquoi n'y avoir pas pensé avant ? 



L'inauguration de la rue a eu lieu le 20 Novembre 2019. On se souvient des beaux arbres lumineux allumés toute la journée et toute la nuit. Beaucoup d'ampoules avaient été détruites et des bacs tagués.




Le conteneur de verre installé lors de cet aménagement est principalement utilisé par restaurateurs dont l'énorme brasserie Meteor, l'Aedaen, qui viennent quotidiennement y vider leurs chariots de bouteilles. Ce ne sont pas les rappels à l'ordre de la municipalité qui les font arrêter.  A ce jour, la municipalité a toujours refusé de dire qui a eu l'idée de l'installer ici, car ce n'était pas le service des déchets. 


Les terrasses ou la privatisation de l'espace public



La rue du 22 Novembre se trouve sur l’itinéraire de la magistrale piétonne. Dans ce sens et selon les règles définies, le piéton devrait circuler sur minimum 50 % de la largeur de l’espace public. Dans les faits, il n'en était rien. 

En 2020, de nombreuses terrasses ont été installées anarchiquement. La piste cyclable bidirectionnelle servait de lieu de passage principal de circulation des piétons, de bicyclettes.

Des contre-terrasses s'invitent à côté du mobilier urbain. Si à Strasbourg, les terrasses de l'autre côté d'une rue sont tolérées voire autorisées, ce n'est pas le cas dans d'autres communes comme à celle de l'Aigle (commune française, située au nord-ouest de la France, au confluent de la Risle), où le maire les a refusées à un restaurateur pour des raisons évidentes de sécurité. 

Les soirs d'été, on pouvait entendre plusieurs mètres à la ronde, les hurlements, les cris et le fracas des rangements des terrasses des brasseries sur les pavés. Bien qu'informée, la municipalité n'a pas réagi. 

Des terrasses installées sans autorisation 


Si on se réfère à l'arrêté du 19 juin 2020 , les choses sont claires : 
Article 1er - Seuls les exploitants à jour de leurs obligations et bénéficiant d'une autorisation d'exploiter une terrasse pour l'année 2020 (annuelle ou estivale) pourront bénéficier des mesures exceptionnelles décrites ci-dessous.  
Article 8 - Dès lors que l'espacement nécessaire de la terrasse a un impact sur le mobilier urbain ou le stationnement en voirie, l'autorisation écrite préalable de la Ville est obligatoire, le cas échéant. Toute initiative d'extension non-prévue par le présent arrêté sera également soumise à l'autorisation écrite de la ville de Strasbourg. Ces demandes seront étudiées globalement ou individuellement. La ville se réserve toute possibilité d'y donner suite ou non au vu de l'expertise engagée. 
Pour qu’il y ait tolérance, il faut que la terrasse sans autorisation, ici tolérée se trouve dans une situation
illégale. Le choix par abstention, choix illégal, signifie que l’administration avait la possibilité d’agir et de faire cesser l’occupation sans titre. 

Par ailleurs, une décision rendue le 19 juin 2015, le Conseil d’État (CE 19 juin 2015, Société Immobilière du Port de Boulogne, n° 369558) a précisé que l’occupation du domaine public doit être autorisée par un titre, lequel ne peut être accordé tacitement


Le comité d'éthique du Pacte pour la Démocratie va se prononcer l'an prochain justement sur les autorisations des terrasses Covid qui ne figurent pas sur l'Open Data, mais aussi les données de 2019 qui ont été écrasées avec celles de 2020. Nous ne pouvons plus les consulter. 

Sachez aussi qu'un avis Cada (La Commission d’accès aux documents administratifs) a été rendu le 19 novembre 2020 favorablement  cette année concernant les terrasses de Meteor. À ce jour, la maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian a refusé d'y donner suite. 

Même au tribunal administratif, bien que condamnée, la nouvelle municipalité écologique se refuse de transmettre les documents composant l'élaboration d'autorisation de terrasses.


Petite anecdote. Le 28 octobre 2020, j'avais alerté la municipalité des problèmes d'accès aux secours qu'occasionnaient les terrasses du boulanger Les Mains dans la Farine. Je me suis donc adressée à la responsable du département domaine public et débits de boissons.

Elle me répond : 
Un courriel a été adressé ce jour à l’établissement, il lui a été rappelé le nécessaire respect des dimensions de l’emprise autorisée.
Aucune verbalisation n'a été faite au motif que : 
"la police municipale n’ayant pas été sollicitée à ce sujet, n’était pas sur place le 27 octobre pour constater le débordement signalé."
Elle m'envoie l'autorisation de la terrasse (le même jour de mon signalement), soit le 28 octobre signée par  Pierre Ozenne, élu en charge de l'occupation du domaine public. Elle ne m'a pas transmis les documents communicables des différents services municipaux à l'élaboration de cette décision.. encore faudrait-il savoir si en l'espèce il y avait vraiment eu concertation.

En un mot, le boulanger s'est-il installé comme il le voulait sans aucune autorisation avec la bénédiction de la municipalité ? … Quid de la responsabilité de la municipalité et de l'exploitant en cas de dommages ? L'assurance en l'espèce, couvrira-t-elle en charge les sinistres éventuels ? 

Encore aujourd'hui, il continue de se garer gratuitement dans la rue des Aveugles. Avertie, la municipalité actuelle ne réagit pas. 

La police municipale ne faisait-elle donc aucun contrôle dans la rue du 22 Novembre durant toute cette période ? Cette rue est pourtant très fréquentée. 

Quand la végétation sert de poubelles


Le lendemain du confinement, les citoyens ont pu remarquer avec consternation le jet des glaçons en face de la brasserie Meteor au pied des arbres. Contactée à ce sujet, la municipalité a refusé de me donner des explications. 


La rue du 22 Novembre avec la rue des Aveugles sera-t-elle le carré de la soif  ?

De nombreuses brasseries remplacent des commerces : The Street Butcher mais aussi Meteor ( avant nous avions Intersport). 

Le coin du 14 rue du 22 Novembre, qui abritait depuis des années magasins, les Mariées d'Alsace, Geneviève Lethu, Bath Bazaar, va laisser place encore à une brasserie. 

Absence de volonté de transparence démocratique de la maire de Strasbourg


J'avais demandé à l'élue en charge de la démocratie de la municipalité actuelle, Carole Zielinski, des informations concernant le SMAC que Robert Radice, directeur performance et affaires juridiques à l'Eurométropole et de la ville de Strasbourg avait évoqué dans une vidéo YouTube, le 14 janvier 2019 

.
Le SMAC est le Système de management anti-corruption. Ma demande a été transmise aux services concernés. À ce jour, aucun retour de la part de l'élue. 

Il est inconcevable qu'à Strasbourg que tout citoyen ne puisse pas y accéder afin de comprendre la prise de décision des différents services de la municipalité par exemple : la police du bâtiment, la police municipale, de la gestion des terrasses..

La transparence démocratique, voulue dans la campagne municipale de 2020 de la maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian fait sérieusement défaut. Et la transparence est le socle de toute démocratie. 

Les écologistes à Strasbourg ne s'étaient-ils pas à engager à plus d'éthique ? 

Les restaurateurs sont certes impactés par la pandémie de la Covid, doivent-ils continuer à agir comme ils le veulent sans tenir compte de l'environnement qui les entoure, au mépris des lois et de la sécurité des personnes ? 

La rue du 22 Novembre continuera-t-elle de devenir une zone de non-droit avec la bénédiction de la municipalité écologiste ?  L'aménagement de la rue du 22 Novembre était-il vraiment destiné à une privatisation de l'espace public ? 

Remarques 

N'hésitez pas à consulter mes autres articles sur Strasbourg sur mon blog.

Vous pouvez toujours me suivre sur Facebook et/ou par email pour recevoir les nouveaux articles du blog (gratuit et sans spam)